Sélectionner une page

handicapLa classe des F58-90 a participé à cette action, lundi après-midi. Mme Paccard, M. Kiefer et moi-même étions avec eux.

En plus des accompagnateurs, nous avons rencontré trois personnes, une avec un franc parler qui encourageait le sourire, une autre que l’on écoutait en appréciant son discours construit et positif bien que touchant et une troisième avec une candeur directe, remarquablement claire et convaincante dans son genre.

Nous n’avons pas rencontré des personnes handicapées, mais des personnes différentes, dont nous étions curieux, sans sentiments de pitié ou d’injustice.

Quelques apprentis ont posé des questions, pas assez peut-être, mais nous avons tous bien écouté la présentation de l’animatrice. La discussion a tourné autour de l’autonomie et l’indépendance que nous cherchons tous, quelles que soient nos difficultés. Les personnes en situation de handicap nous ont parlé des obstacles qu’elles rencontrent dans le quotidien, liés à l’aménagement public et au manque d’attention des certains. Yann (la personne au franc parler) nous a demandé si nous pouvions lui imprimer un petit sticker assez explicite, à apposer sur les pare-brises des personnes indélicates.

Parfois c’est l’urgence. Le lendemain nous avons fait l’état des lieux dans l’atelier, à la recherche de supports autocollants, de quoi faire la couleur bleue généralement employée pour les logos du handicap. Le typon a été vite fait à partir d’un modèle envoyé par Yann dans la suite de la réunion. Il y avait des finesses, nous n’avons plus de flasheuse, nous avons bien bricolé avec le copieur de la salle des profs et nous avons obtenu un résultat qui passe. Nous ferons mieux plus tard quand nous aurons de nouveau de bons outils. Là c’était l’urgence. C’était le moment de faire cela. Pourquoi attendre ?

Dans la foulée, le tirage fini, et découpé, nous en avons mis une partie dans une enveloppe à l’adresse de Yann avec un petit mot, rempli de signatures.

Conclusion :

Une nouvelle expérience avec les apprentis. Notre métier c’est de faire quelque chose pour eux, là nous avons eu l’occasion de faire faire quelque chose avec eux.

Remerciements :

Toutes les personnes que nous ne connaissons pas et qui œuvrent pour que de telles rencontres soient possibles.

À tous ceux qui vont s’impliquer pour la suite.

Pour la suite :

Nous avons échangé nos courriels et numéros de téléphone avec Kim, l’animatrice du projet. Nous avons parlé de tee-shirts à imprimer et d’une affiche, et d’autres plans encore.